(la)horde

CHRIS(tine & the queens)

(LA)HORDE accompagne Christine & the Queens à la direction artistique de l'écriture de ses chorégraphies et de la mise en scène de ses concerts, show live & TV. Un projet global qui nous a permis de caster des danseurs talentueux avec qui nous avons développé une recherche chorégraphique sur le projet.

Chorégraphies (LA)HORDE en collaboration avec Christine & The Queens dans une écriture collaborative avec les danseu.ses.rs.

"Dans cette collaboration nous avons avec Christine interrogé les différents enjeux de son nouvel album. Elle souhaitait parler du genre, de la virilité et du rapport au pouvoir qu’engendre sa notoriété. 
Plus de politesse, elle voulait que les corps autour d'elle soient chauds et transpirants. 
Nous avons ensemble beaucoup échangé de références, regardez des film, lu des livres. 
Nous n'avons pas vocation à travailler avec une artiste de musique pop. C'est parce qu'elle à une démarche plurielle et globale que son travail nous a tout de suite parlé et inspiré. 
Dans un premiers temps, nous avons passé du temps en studio juste avec elle, pour la regarder danser, voir ce que son corps proposait. Nous cherchions à nous inspirer directement d'elle, afin d'éviter de plaquer un discours sur elle, de projeter un sentiment qui aurait pu ne pas être le sien. Elle a une force de proposition corporelle incroyable, car elle incarne vraiment ses idéaux, et on sent toutes ses convictions ou ses interrogations la traverser quand elle laisse son corps danser. Elle a aussi beaucoup d'analyse et de compréhension symbolique de ce que chaque geste entraine symboliquement aujourd'hui, et c'est très important pour nous, de travailler avec quelqu'un qui saisisse cette nuance. 
À la suite de cette observation, nous avons passé beaucoup de temps à s'échanger des références, (un peu comme nous le faisons entre nous dans notre collectif) pour nous créer un vocabulaire commun, avoir des références communes et essayer de comprendre ce que chacun percevait et où nous allions ensemble. 
Nous avons compris qu'elle cherchait à créer des chorégraphies de pop contemporaine : aucune fioriture, les gestes ne sont jamais décoratifs et sont tous ancrés dans le réel ou dans des références fortes pour les rendre iconiques. Nous avons cherché ensemble comment ancrer les corps dans la réalité sociale et politique d'aujourd'hui tout en leur insufflant des références de danse qu'on adore, celles qui ont façonné notre imaginaire d'artiste! 
Beaucoup de Bob Fosse, de West Side, de Michael, dont l'album Bad reste un déclic et un choc esthétique et musical pour toute notre génération. 
C'est ce qui est beau aussi dans la pop music aujourd'hui, c'est l'ouverture qu'elle offre et les possibilités de dire des choses avec le cœur et dans un regard enjoué et engagé sur le monde. "

CULTESteaser

CULTES -- (in french the word culte can either mean "iconic" or "cult" as in worship) 
The alienation of humanity in a world dominated by the fetishism of the commodity.

In 1967, nearly 100,000 young people spontaneously swept into San Francisco to change their lives, and try to dust off the old world. It's the "Summer of Love".

Two years later, in 1969: Woodstock - the first mass gathering related to music - was set up. Festivals were born. This rally, today designated as the tipping point of counter-culture and pacifist anti-capitalism, was quickly overtaken by the system in which it was born, the system it was especially criticizing : eventually the organizers had to resell the rights to the Warner to settle their debts.

At the same time, the hippie movement itself, which criticized the consumer society, was quickly overtaken when its aesthetic was directly used in a Coca-Cola ad in 1971 in which young hippies from around the world sang its harmony drinking the soda.

We use the exact same song from this advertising campaig at the end of our film, to express the doubt that remains on the tight bounds between the form of the festival, and its industrial design.

50 years later, the situation has become alienated and this idea of the festival as a genuine culture springing spontaneously from the masses, has rather become the ultimate form of the cultural industry, that of the mass, which consumes it passively.

In this film, we wanted to capture the concrete manifestation of worship that is translated into ritualized practices and performances, a mass jubilation and a consumerist mass (as in mass, - worship service - cult).

The questions we wanted to raise with this film are :
Can we still live a spiritual experience in these new consumerist sanctuaries? Does the individuals in the audience succeed in creating their own subversive experience ?

These questions drove us throughout the making of this art film ; and as we scanned the crowd with our cameras, we captured this gigantic gathering of 40 000 people as a form of grace. Unexpected suspended moments makes the film oscillate between disenchanted paganism and animal spirituality, between vice and grace, jubilation and anxiety, ecstasy and descent, disenchantment and light.

Is the festive body, its exaltation and its celebration the ultimate bulwark for mass consumption? Does this state succeed in transcending the uncritical space in which it develops?

(LA)HORDE est un collectif de trois artistes :
Marine Brutti / Jonathan Debrouwer / Arthur Harel

Ils développent leur pratique à travers la mise en scène, la réalisation de films, l'installation vidéo, la création chorégraphique et la performance.

(LA)HORDE is a collective of three artists:
Marine Brutti / Jonathan Debrouwer / Arthur Harel

They develop their practice through staging, filmmaking, video installation, choreographic creation and performance.

(la)horde